BIENVENUE SUR LEGEND OF PACIFIC !
Le forum est librement inspiré de l'univers de la série Lost, les disparus. Il est ouvert depuis le 3 le mars 2010..
Inscrivez-vous et rejoignez l'aventure !


FERMETURE DU FORUM.


Partagez | 
 

 Ace of Spades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
★ Staff ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 135
~ PSEUDO : Pow
~ AVATAR : Sebastian Stan
~ DC(S) : Sora, Calvagh, Amélia, Henri, Clarke
~ CRÉDITS : bazzart
~ ÂGE : 33 ans
~ MÉTIER : ancien mécanicien / responsable de la sécurité au Comanche
~ HUMEUR : bad blood
~ DANS MON SAC : Des tournevis, des clés de serrage, un marteau, rescapés des crash.
De l'eau.
Des bananes, une noix de coco.
Une machette, un couteau
★ ★ ★

MessageSujet: Ace of Spades   Sam 18 Aoû - 15:13

C’est si étrange d’être de retour ici. Le bruit, la foule, les voitures, les odeurs. Tu as oubliés à quel point les villes puent, tu ne t’en rendais plus compte depuis des années avant le crash après tout tu avais grandi dans la crasse et les miasmes des bas quartiers de la ville. Mais, passer plusieurs années sur une ile déserte, les poumons imprégnés de l’air pur de l’océan et de l’odeur végétale de la jungle t’on nettoyer le corps, l’âme. La ville pue. Et tu regrettes de ne plus profiter de cette silencieuse étendue d’eau à tes pieds ou du calme animal de la jungle. Cela fera un an demain que vous êtes parti de l’île. Un an. Tu soupires, ton café brulant entre les paumes tu contemples le spectacle de la ville qui ne dort jamais sous tes pieds. Depuis le dernier étage du Comanche tu parviens parfois à oublier la cohue du monde d’en bas. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui tu repenses à l’île, à Kali et à Sora, à Alec, à Julian, à Henri. Tu repenses à ton amie morte avant même de donner la vie, à Sora restée sur l’île avec l’espoir de revoir son mari mais en devant sacrifier la possibilité de voir grandir ses enfants. Tu penses à eux et son cœurs saigne car dans la pièce mitoyenne dorment les enfants de Sora, des enfants que tu aimes, comme s’ils étaient les tiens. Tu comprends de plus en plus ce qu’a du ressentir ton père cette nuit où tu lui avais asséné un coup de poing, cette nuit où ta mère t’avais banni de leur vie. Les enfants sont toutes ta vie désormais. Aisling et Josslyn sont de merveilleux « parents » pour eux, pourtant c’est auprès de toi qu’ils vivent, dans la suite mitoyenne à celle de la petite famille Doherty. Les enfants d’Alec et Sora. Tu soupires. Une main vient rabattre tes cheveux mi long loin de ton visage. Tu portes un costume entièrement noir, de la chemise aux chaussures hors de prix. Tes tatouages ne sont plus visibles sous tout ce tissu, les cicatrices n’ont plus. Tu es un homme différent désormais. Tu n’es plus ce garagiste spécialisé en moto qui est monté dans un avion en direction de l’Australie des années plus tôt. Tu n’es plus cet ancien membre de gang avec du sang sur les mains. Non, tu es devenu le chef de la sécurité d’un casino à la renommée mondiale, un père pour des enfants qui ne sont pas les tiens mais que tu chéris comme si c’était le cas. Et pourtant ... Pourtant une partie de toi reste là-bas, sur cette île que tu as quitté un an plus tôt. Tu soupires encore et avale ton café. « BogBog.... » La petite voix ensommeillée t’arraches à la contemplation de la ville et à tes souvenirs. Elle ressemble tellement à sa mère du haut de ses quatre ans que s’en est troublant, tu te baisses pour la cueillir entre tes bras, toujours aussi musclés qu’autrefois mais tendre pour ces enfants que tu aimes tant. « Mais Mademoiselle Evy, que faites-vous déjà debout, le soleil n’est même pas encore levé. » Tu lui demandes en caressant ses cheveux alors qu’elle blottit son visage contre ton épaule. « J’ai vu m’man, elle était avec un monsieur très grand, plus grand que toi, et il avait des cicatrices sur le ventre. Elle embrassait le monsieur. Qui s’est tu crois Bogbog ? » Tu embrasses le front de la petite fille en prenant la direction de sa chambre. « C’est ton papa, Alec O’Connell, avec deux L comme les oiseaux. Regarde » Tu lui montres la photo d’Alec posée sur sa table de nuit. La petite soupire, son corps déjà alourdis dans tes bras. « Il était plus vieux... Maman souriait, ils construisaient un bateau... » Sa voix est lourde de sommeil, tu souris et l’allonges entre les draps. « Dors moye malenʹke sertse, dors. » Tu ne quittes la chambre qu’une fois l’enfant endormie, perturbé par cet étrange rêve fait par la petite fille. Tu espères au fond de toi que Sora et Alec sont ensembles mais chaque année qui s’écoule te fais craindre que Sora ne tienne jamais sa promesse.

(...)

« Tu te fous de moi Rogers » Il y a beau s’être passé des années depuis ton arrivée dans cet american dream, ton accent slave et tes problèmes avec le vouvoiement ne se sont toujours pas gommés. Même si Liam s’emploie à te corriger. « Ma gamine de 4 ans se rendrait compte que cette poule triche depuis deux heures. Elle compte les cartes bon sang, qu’est-ce qui te distrait pour manquer cette évidence ? Sa paire de sein ou les œillades qu’elle te jette depuis son arrivée à cette table. SI tu as besoin de te vider les couilles, trouves toi une suka mais fait ton putain de travail. » Tu as ce ton froid et incisif qui fait trembler tes hommes dans leurs chaussures. Pourtant tu n’es pas tellement en colère, plus agacé par le manque de professionnalisme de Rogers depuis son divorce. Rogers referme la porte de ton bureau la tête basse. La tricheuse vient de se faire reconduire à l’entrée du casino, les poches vides, tu contemples la scène sur l’écran. Le téléphone posé à côté de ton ordinateur sonne, une seule personne utilise ce numéro. « Alors Doherty, tu t’ennuis déjà de ton casino ? » qui aurait pensé que tu deviendrais « ami » avec l’homme que tu avais manqué de tuer sur cette plage quand Kali était morte. « Même pas en rêve, je savoure ma lune de miel, et ma femme, pourquoi diable est-ce que le Casino me manquerait ? » Tu te sers une tasse de café, ne lâchant pas des yeux les écrans de contrôle. « Si tu le dis. Les chiffres sont bons, seulement deux incidents à déclarer. Et les marmots vont bien. Même si j’ai envisagé de faire arrêter ton fils, ce gamin est redoutable au poker du goûter, il plume Liam, le pauvre ne mange plus aucuns gâteaux depuis que vous êtes partis. » Le rire de Doherty est tonitruant. Le silence qui s’en suit est long, lourd. « Cela fait un an. » tu soupires. « Je sais. »

(...)

Les petits sont couchés, Liam veillant sur sa sœur pour cet anniversaire si particulier. Il parle souvent de Sora à Evelyne. Tu sais que bientôt la mère et la sœur de Sora viendront vous rendre visite. Que Marley rentrera bientôt de sa première année d’internat à New York. Toutes ces visites compenseront cette absence. Ils parleraient de leur mère aux enfants. La mère d’Alec n’avait pas voulu croire en la survie de son fils, en la « réalité » de ces deux enfants, les enfants de son fils. Alors Marley, Ais, Joss parlaient d’Alec. Et toi aussi. Même si pour Evy tu étais plus son père que cet homme sur les photos. Tu es de retour sur la terrasse, le babyphone posé sur la table tandis que tu bois lentement un verre de vodka agrémenté d’une tranche de citron. « Alors Bogbog, on broie du noir, c’est typique des bad-boy Ukrainiens ça non ? » Cette voix. Tu souris lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ace of Spades
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Braquage et Volte-face (Ace of Spades)
» Alias comment foutre la merde feat Spades&Naseon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGEND OF PACIFIC :: • House of the rising sun • :: Un retour en arrière-
Sauter vers: