BIENVENUE SUR LEGEND OF PACIFIC !
Le forum est librement inspiré de l'univers de la série Lost, les disparus. Il est ouvert depuis le 3 le mars 2010..
Inscrivez-vous et rejoignez l'aventure !


FERMETURE DU FORUM.


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
★ Maître du jeu ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 456
~ PSEUDO : /
~ AVATAR : /
~ DC(S) : Quelle question, l'Île est unique en son genre, voyons !
~ CRÉDITS : LΛZΛRE (avatar)

~ ÂGE : L'Île n'a pas d'âge, elle existe depuis toujours.
~ MÉTIER : Grande spécialiste dans l'art d'embêter les survivants.
~ HUMEUR : Très bonne. Lorsque tout va mal, l'Île est très contente.
★ ★ ★

MessageSujet: TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.   Mer 22 Nov - 19:04

too good at goodbyes.
Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true.

• 20 novembre 2017 - 22h43. •
Un bateau était venu. Pour eux. Pour certains d’entre eux. Pas pour tous. Certains étaient partis, laissant un campement fantomatique derrière eux. Des maisonnées de bois abandonnées sur la plage, et des souvenirs. Des morts. Et une dizaine de survivants dont la vie était ici, à présent.

Les au revoir avaient été difficiles, car tous savaient qu’il s’agissait d’adieux, que plus jamais ils ne se reverraient. Certains étaient partis retrouver le fil de leur vie, leurs proches, la routine de leur triste quotidien. Les autres étaient restés, condamnés à une vie d’errance sur une ile qui leur avait tant pris, et tant donné. Mais ils avaient choisis. Choisi de rester. Choisi de lui donner leur vie.

Alors, aujourd’hui, c’était à elle de les remercier de ce sacrifice, à elle de leur rendre ce qu’elle leur avait pris…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Staff ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 5602
~ PSEUDO : STACE.
~ AVATAR : james franco.
~ DC(S) : dorian & logan & megan.
~ CRÉDITS : blue walrus.

~ ÂGE : 33 ans.
~ MÉTIER : ancien inspecteur de la brigade des moeurs de Chicago, en cavale pour meurtre.
~ HUMEUR : désespéré
~ DANS MON SAC : une vieille photo abimée, un foulard déchiré, des fruits, et un petit couteau.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.   Mer 22 Nov - 21:21

too good at goodbyes.
Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true.

• 20 novembre 2017 - 22h43. •
Tu avais perdu le compte des jours. Des mois, des années. Les jours étaient les mêmes, se succédant inlassablement, les uns après les autres. Le quotidien et sa routine reposante. Le temps qui passe et fait son œuvre. Le retour d’Eris, une victoire sur le reste. Sur tout le reste. La serrer dans tes bras alors que tu avais perdu tout espoir de la revoir un jour avait suffi à effacer tout le reste. Ta rancœur envers Sora. Ta rancune envers les Natives. L’ile avait fait un pas vers toi, et t’avait permis de croire en elle, à nouveau.

Les jours étaient passés. Les uns après les autres. Se succédant inlassablement. Tu en avais perdu le compte, mais cela n’importait que peu, après tout. Ne plus se soucier du temps qui passe ou de l’heure qu’il était n’était pas une si mauvaise chose. Le calme et la routine avait repris ses droits. Certains étaient partis, des années en arrière, et nombre d’entre vous n’avait plus l’espoir de les revoir un jour. Quand certains étaient tombés malades, vous aviez espérés. Vous aviez priés. Pour qu’ils reviennent. Pour qu’ils guident les secours jusqu’à vous, mais rien ne s’était produit, et peu à peu, la malédiction des Natives étaient devenus la vôtre. Beaucoup avait succombé. Mais pas toi, l’ile continuait de te refuser ce droit de mourir que tu espérais tant.

Mais qu’importe après tout. Tu avais eu la chance de voir ton fils grandir au contact de Dylan. Tu l’avais vue devenir une mère incroyable, forte et protectrice. Tu avais entendu Alexander l’appeler maman, ce qui t’avait brisé le cœur, d’une certaine façon, toi qui restais dans l’ombre, et continuais de refuser de jouer ton rôle de père. Tu ne jouais plus aucun rôle, redevenant simplement celui que tu avais toujours été, celui qui tu avais été avant la mort d’October. Tu n’avais jamais été un leader, tu n’avais jamais voulu de ce rôle, alors tu t’étais effacé, pour laisser à Sora le loisir d’exercer cette lourde tache. Un rôle dont elle avait besoin, pour combler le manque, le vide laissé par la disparition d’Alec. Un rôle qu’elle avait rempli mieux que n’importe qui d’autre aurait pu le faire.

Tu avais aidé à bâtir des abris pour les nouveaux arrivants, aidé à construire ce qui devait l’être, aidé à réparer après chaque tempête. Tu avais appris à construire des pièges et des armes rudimentaires. Avec ce que vous aviez en votre possession. Votre stock de munitions, tes quelques balles jamais utilisées mis à part, étant à sec depuis bien longtemps déjà.

Et puis, un jour, vous l’aviez vu. Sur l’horizon, le bateau. L’espoir. Le retour. Sans prononcer le moindre mot, tu t’étais tourné vers Dylan, lui faisant comprendre, silencieusement, d’un sim^le regard, qu’elle pouvait partir si elle le souhaitait. Avec Alexander. Pour lui offrir une vie sur le continent, une éducation, une chance de connaitre ce monde dans lequel il était né. Et puis, tu avais tourné les talons. Ta vie était ici, à présent. Avec tes fantômes. Avec Charlie. Avec Reese. Avec October. Avec Jack. Avec Nolan. Avec Alec. Avec tous ceux que vous aviez laissés derrière. Là-bas, tout ce qui t’attendait, c’était un procès. Une peine de prison à vie, voire la peine de mort. Alors qu’ici, personne ne savait. Personne ne saurait jamais. Ici, tu avais une vie, une maison, la liberté.

Tu t’étais détourné du bateau. Détourné des cris de joie. Détourné de tout, comme tu savais si bien le faire…

Finalement, très peu étaient resté. Le bateau avait fini par repartir, avant qu’une tempête ne s’abatte sur l’ile. Car, rapidement, le ciel s’était couvert d’un gris menaçant. Le vent s’était levé et avait soufflé, comme il ne l’avait plus fait depuis des années. L’ile n’aimait pas voir partir ses proies, et elle le faisait savoir. Le vent froid. La fine bruine. Et cet épais brouillard qui semblait trouver sa source dans la jungle. Lourdement assis sur le sable, contemplant le ciel qui se couvre de nuage, tu laisses ton regard venir caresser ce fin brouillard qui, lentement, enserre tes chevilles. Et soudain, tel un diable jaillissant hors de sa boite, tu bondis sur tes pieds, comme foudroyé, saisis d’une forte sensation de déjà-vu. Instinctivement, alors que tes pas prennent la direction de l’orée de la jungle, ta main se glisse dans ton dos pour venir se saisir de la crosse de ton arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sharmaniac.tumblr.com/
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 531
~ PSEUDO : ✣ FAREWELL/MATHIEU.
~ AVATAR : ✣ NICOLAS SIMOES.
~ DC(S) : ✣ RUBY N.; SOFIA A. (+WHITNEY B-S.)
~ CRÉDITS : ✣ avatar - © LOLLIPOPS / sign - © Jackie, MONKEY CONTROL.

~ ÂGE : ✣ VINGT-SIX ANS.
~ MÉTIER : ✣ VEILLEUR DE NUIT.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.   Dim 26 Nov - 2:37

too good at goodbyes.
Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true.

• 20 novembre 2017 - 22h43. •
Il avait observé le bateau s'éloigner, perché sur les rochers, comme à son habitude. Quelques heures plus tôt, le campement était en effervescence. Il semblait désormais abandonné. Une étrange vision, qui apporta paix à son esprit. Des ruines, tout ce qu'il restait. Des ruines sur lesquelles les autres devront construire. Hawke leur souhaita du courage mentalement, mais il ne les envia pas. Des ruines et du silence, et parmi les décombres restaient les souvenirs, gravés dans le sable et dans le chant des vagues. Parmi ces souvenirs marchait timidement une jeune femme, toute maigre qu'elle était, qui avait estimé avec raison qu'il n'y avait plus lieu qu'elle reste cloîtrée dans une infirmerie qui ne servirait peut-être plus. Ruby n'avait pas assisté aux adieux. Personne ne s'était inquiété de son sort. Fébrile elle fit son chemin jusqu'à Hawke et vint s'asseoir à côté de lui. Tout deux, ils fixèrent l'horizon désert. Pour elle, partir n'avait jamais été une option. Elle portait la malédiction de l'Île en elle. Il ignorait si elle avait seulement considéré cette idée, ne jugea pas nécessaire de lui poser la question. Ici ou là-bas, son futur ne serait que souffrance, esclave de cette maladie qui la tuerait bien assez tôt. Au moins était désormais libre de tout jugements. Un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres tremblantes tandis qu'une larme esseulée coulait sur sa joue. « Que vas-tu faire ? » Il l'ignorait. Il irait sans doutes trouver les natifs, les laisser savoir que tout était terminé, que l'Île leur appartenait à nouveau, si ils ne le savaient pas déjà. Après ça, il tracera sa propre route, loin de ce campement fantôme. Il haussa les épaules. Ruby parut lire dans ses pensées. « Puis-je t'accompagner ? Où que tu ailles... Mon état... je ne veux pas rester ici au milieu de tout... ce qui n'est plus. Je veux revoir la jungle. » Il haussa de nouveau les épaules. La jeune femme sourit faiblement.

Une dizaine était tout ce qu'il restait d'eux. Les derniers rescapés, qui avaient accepté leur destin. Une dizaine qui les regarderait s’enfoncer dans la jungle. Peut-être se reverraient-ils. Peut-être ne sauraient-ils jamais ce qu'il était advenu d'Hawke et de Ruby. Les derniers adieux. Cérémonie interrompue par la naissante tempête et le brouillard blanc qui s'étendit et recouvrit le sable. Un petit sourire étira ses lèvres. Après toutes ces années, il avait cessé de se poser les questions, de tenter de comprendre comment fonctionnait cet endroit. Esclave de cet enfer qui était devenu son foyer, il ne pouvait faire qu'une chose : vivre avec. Faire au mieux. Étrangement, maintenant que le gros du campement naviguait vers un destin plus heureux, il était en paix avec ce sentiment d'impuissance. Il y avait quelque chose de rassurant à savoir qu'il n'y avait absolument rien à faire, à voir la vague s'approcher et juste décider de fermer les yeux et se laisser porter par les flots, tout en sachant qu'ils pourraient très bien le noyer. Et sans le poids des responsabilités sur ses épaules, et la connaissance que chaque personne étant restée savait ce qu'il en coûterait, il était rassuré. Les quelques rescapés restant n'étaient pas resté en quête d'une fin heureuse, et tous se doutaient qu'ils devraient réparer les pots cassés.

L'Île pouvait faire ce qu'elle voulait de lui.

Il était prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Staff ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 1685
~ PSEUDO : Pow
~ AVATAR : Katie Cassidy
~ DC(S) : Henri, Doherty, Calvagh, Amélia, Bodgan
~ CRÉDITS : tumblr/Bazzart
~ ÂGE : 34 ans
~ MÉTIER : Inspecteur à la criminelle, experte de la brigade scientifique
~ HUMEUR : mère et leader troublée par les évènements actuels
~ DANS MON SAC : Un couteau de chasse confectionné par Alec avec des morceaux de leur avion. Une outre en peau pour l'eau. La couverture préférée de son fils. La pièce d'identité de son mari pour la compagnie aérienne. Un tee-shirt trop grand. Une paire de menotte. Son glock.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.   Mer 29 Nov - 20:48

too good at goodbyes.
Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true.

• 20 novembre 2017 - 22h43. •
Elle se tenait là, sur la plage, à regarder la silhouette du bateau grossir à l’horizon, son cœur battant follement dans sa poitrine. Quelque chose exultait en elle, un bonheur indicible alors qu’Evelyne s’agrippait à son cou en demandant : « quoi m’man ? » en pointant la silhouette d’acier de son doigt. « C’est un bateau Eve, BogBog m’en a fait un en bois, tu sais on joue avec pendant le bain. » Explique son frère avec un gentil sourire à destination de sa sœur. Ces enfants. Le cœur de Sora accélère sa course. Les secours viennent pour vous. Bogdan jusque-là stoïque et silencieux à ses côtés, caresse les cheveux bruns de son fils de sa main puissante, il y a tant de douceur dans le geste de ce malabar tatoué que le cœur de Sora se gonfle. Qui aurait cru qu’un ancien membre de gang, à peine plus causant qu’un rocher, serait la nounou idéale pour des jeunes enfants ? Qui aurait cru qu’il se laisserait appeler « BogBog » par une enfant de trois ans et son frère parce qu’ils peinaient l’un comme l’autre à prononcer correctement son prénom slave ? Sora l’aurait cru. Après la mort de Kali il avait profondément changé et il était un ange avec les enfants. Sora lui tend la petite fille qui déjà prononce son « surnom » comme une prière. EIle n’a connu que lui ... Il a pris petit à petit la place d’un père dans le cœur de ses enfants, un rôle qui lui est tombé dessus, un rôle qu’il n’essaye pas de prendre et pourtant ... Le cœur de Sora se sert. Evelyne n’a jamais connu son père... Alec... Ton regard se perd vers la jungle. Bogdan a comblé l’absence d’Alec et veillant sur les enfants et lui comme Marley parlent régulièrement du militaire aux petits. Pour Liam c’est plus facile, il se souvient d’Alec et la seule photo que Sora possède de lui ravive sa mémoire... Evelyne ... Sora caresse la tête de ses enfants blottit contre le géant tatoué. Il la scrute intensément, sans rien dire. Elle est là toute sa force, dans ce regard pénétrant qui lit jusqu’à votre âme. Il hoche légèrement la tête.  Ils communiquent ainsi depuis trois ans, depuis que Bogdan a commencé à apporter ses jouets aux enfants, des créations de bois vibrantes de réalisme. Les enfants sont choyés ici, entourés de tout l’amour possible, Maddie et Marley font offices de marraines de cœur, Bogdan veille sur leur sécurité et leur apprends le monde qui se trouve de l’autre côté de l’océan. Il leur parle de sa terre natale, il leur apprend des mots d’ukrainiens, il leur parle de sa famille très nombreuse, de ses neveux et nièces. Chacun à leur façon ils ont compensé l’absence de leur père. Mais ce bateau qui se profile à l’horizon ... Ce bateau la place face à un choix. Un choix qu’elle a retardé durant des années en n’embarquant pas avec son fils et son enfant à naître sur le voilier trois ans plus tôt. Espérant retrouver Alec. Et la voilà, sur cette même plage, mère de deux enfants, mariée à un homme qui avait disparu trois ans plus tôt. Déchirée entre l’amour qu’elle portait à ses enfants et celui qu’elle portait à un homme qui avait sauvé sa vie. Le regard de Bogdan se fait sombre lorsqu’il note le changement d’humeur sur le visage de Sora. Marley avance vers eux, c’est devenu une belle jeune femme désormais, elle ressemble de plus en plus à Amélia et elle a pris la place de Calvagh comme médecin durant ses trois dernières années. « Maley » l’attention d’Evelyne s’est détournée du géant ukrainien et de ses cheveux mi long pour se concentrer sur la silhouette qui avance d’une démarche descente sur la plage. Bogdan la pose sur le sol, confiant sa petite main à celle de Liam. En trottinant les enfants s’avancent vers leur sœur d’adoption. « Explique-toi. » Sora se tourne vers lui, prends sa main dans la sienne et la serre contre son cœur. « Je vais te demander de faire quelque chose pour moi Bogdan. Quelque chose que je ne demanderai qu’à quelqu’un en qui j’ai toute confiance. » Il incline la tête, toujours aussi avare de mots, malgré toutes ses années. Sora c’est toujours demandé s’il s’était entiché de sa famille parce qu’elle lui rappelait Kali et ses enfants blonds le bébé qu’elle aurait pu avoir. « Je ne partirai pas avec vous sur ce bateau. Je ne peux pas laisser Alec... Mais je ne veux pas que l’avenir de mes enfants soit réduit à cette île. Je veux que tu les emmènes, que tu restes avec eux... Que tu retrouves Aisling et Josslyn, qu’ensemble vous veillez sur mes trois enfants. Marley, Liam et Evelyne. Marley ne voudra pas partir mais il faudra que tu l’emmène. Lorsque j’aurai trouvé Alec, nous trouverons ensemble un moyen de vous rejoindre.... Mais jusqu’à ce moment là, il faudra que tu veille sur mes enfants. Est-ce que tu peux faire ça pour moi ? Est-ce que tu peux me le promettre ? » La main massive de l’ukrainien quitta les siennes pour encadrer son visage aux traits délicats. La chaleur de ses doigts contrastant avec les larmes glacées qui roulaient sur les joues Sora. « Je veillerai sur eux. Je te le promet, sur ma vie. »

(...)

« Non Aisling. Ils partent avec toi. Moi, je reste. Je ne peux pas abandonner Alec sur cette île. Mais je ne peux pas condamner mes enfants à une vie sans amis, à une vie où ils attendront notre mort, puis la leur. Je veux que tu emmènes mes enfants avec toi. Je sais que tu as parlé avec Bogdan... que tu lui as proposé du travail dans ton casino... Je lui aussi confié la responsabilité de mes enfants. Je veux que toi et Josslyn preniez soin de mes enfants ... jusqu’à ce que je revienne les chercher, avec leur père. » Ces mots étaient les plus difficiles qu’elle ait eu à prononcer sur cette île. Laisser ses enfants. Ne pas être avec eux pendant des années. Tout cela lui brisait le cœur, ses épaules s’étaient voutées, sa gorge serrée et pourtant ... elle n’avait plus de larmes. Quel avenir avait ses enfants ici ? Mais elle ne pouvait partir avec eux, elle n’aurait jamais pu se le pardonner. Alec n’aurait pas abandonné si leur rôle avait été inversé. Elle en était certaine.

(...)

Aisling avait pris plusieurs clichés de toi et des enfants aujourd’hui. Il avait fini par renoncer à l’idée de te faire changer d’avis. Les adieux à tes enfants avaient été déchirants lorsque Liam avait compris que tu ne viendrais sur le bateau avec eux. Bogdan avait tenu sa promesse, il avait chargé Marley d’emmener Evelyne et il avait pris Liam dans ses bras et était monté sur le bateau. Sans un regard en arrière. Bogdan. L’ami fidèle. Celui qui prendrait le rôle du méchant pour protéger ceux qu’il aimait. Tu restes sur la plage jusqu’à ce que le bateau disparaisse de l’horizon. Vous êtes si peu à avoir fait le choix de rester. Ton cœur est en miette. Tu avais rebroussé chemin vers le campement. Julian était resté lui aussi. Tu ne remarques le brouillard qu’au moment où Julian bondit sur ses pieds... Ce brouillard ... Ton cœur accélère sa course, tes jambes aussi, pour rattraper Julian. L’espoir brûle ton cœur. Ce brouillard, vous en aviez déjà été témoin des années plus tôt. Trois ans exactement. La nuit de la disparition d’Alec, d’Aella, de Kim .... La nuit où tu avais perdu ton âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paulineskitchen.wordpress.com/
Contenu sponsorisé
★ Born to run ★
★ ★ ★

MessageSujet: Re: TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.   

Revenir en haut Aller en bas
 
TOO GOOD AT GOODBYES • ceux qui restent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort n'existe que pour ceux qui restent. [PV Tengoku no Seigi]
» On dit adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour ou l'on dit adieu à ceux qui restent
» La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGEND OF PACIFIC :: • This place is death • :: La jungle-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: