BIENVENUE SUR LEGEND OF PACIFIC !
Le forum est librement inspiré de l'univers de la série Lost, les disparus. Il est ouvert depuis le 3 le mars 2010..
Inscrivez-vous et rejoignez l'aventure !


FERMETURE DU FORUM.


Partagez | 
 

 YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 302
~ PSEUDO : Pow
~ AVATAR : Jamie Dornan
~ DC(S) : Sora, Amy, Cal, Doherty, Bogdan
~ CRÉDITS : stace
~ ÂGE : 29 ans
~ MÉTIER : Pompier
★ ★ ★

MessageSujet: YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]   Mer 29 Mar - 20:52

La culpabilité est venue. Quelques heures après l’incident. L’incident. C’est ainsi que tu pensais à ce qui s’était produit dans la tente d’Aella. Un incident. Un regrettable incident. Et pourtant, il te semblait inévitable. Comme s’il n’y avait pas eu d’autres alternatives à ce coup de poing que tu avais abattu sur elle. Ce coup de poing qui avait sonné un glas, celui de votre amitié. Tu n’étais pas de ces hommes qui lèvent la main sur une femme, et pourtant, comme en témoignant tes jointures gonflées, tu n’y étais pas allé de main morte avec Maddie. Tu étais peut être ce genre d’homme. Le genre d’homme qu’était ton père. Tel père tel fils. Enfant tu n’avais pas compris ce qui se passait entre ta mère et ton père, tu n’avais pas vu les signes après la naissance de George, les bleus sur les avant-bras de ta mère, la dernière dispute après que ta mère l’eu envoyé à la base, ses yeux gonflés, le bleu sur sa pommette. Quand il était apparu que George était très différent de vous, qu’il ne ressemblait à aucun de vous, quand ton père avait compris que sa femme lui avait été infidèle, il était devenu violent. L’épisode n’avait pas duré longtemps, ta mère n’était pas de ces femmes qui ne peuvent se défendre. Mais il y avait eu de la violence entre eux. Comme il y avait maintenant de la violence entre Maddie et toi. Tu avais levé la main sur elle. Une chose qui t’aurais semblé inconcevable des mois plus tôt. Tu n’étais pas ce genre d’homme. Pas comme ton père. En aucune façon. Tu respectais les femmes. Pourtant quand elle t’avait poussé à bout quelque chose c’était révélé, un fond de colère, un trait de caractère que tu ne connaissais pas. En la frappant tu avais ressentis un apaisement qui t’effrayais après coup. Elle s’était enfin tue et tu en avais éprouvé une sorte de plaisir teinté de soulagement. Et tu ne savais pas comment gérer cela... Comment supporter ce que tu avais découvert sur toi. Comment continuer en sachant que pousser à bout, tu pouvais devenir comme l’homme pour lequel tu avais le plus de colère en toi. Mais tu étais soulagé. Soulagé que Maddie t’ai enfin laissé en paix, soulagé de pouvoir te retrouver seul, soulagé de ne pas être forcé à sortir de ton isolement, de ton chagrin. Soulagé de pouvoir penser à Aella, à son fils sans avoir à partager tes émotions avec quelqu’un d’autre. Et ce soulagement était peut-être ce qui générait ta plus grande honte, comment pouvais-tu être soulagé alors que tu avais envoyé un coup de poing en pleine tête à ta meilleure amie, à celle qui avait progressivement intégré ton cœur, ta vie, celle que tu considérais comme une autre sœur...

Alors, pour oublier, tu te plongeais un peu plus dans l’entrainement, la rigueur, la discipline. Pour canaliser de nouveau tes émotions, pour focaliser ton esprit comme te l’avais appris Kim. Mais tu travaillais sans ton mentor à tes côtés, sans ton amie. Sur la plage, éloigné du campement, le torse luisant de sueur et la peau tannée par le soleil, tu reproduisais les enchaînements, les prises, les coups que Kim t’avais appris en trois années de travail. Essayant d’oublier ce qui s’était passé, essayant d’évacuer ce sentiment de soulagement. Mais la marque sur tes jointures te rappelait ce qui c’était produit sous la tente. Tu étais assis sur le sable, buvant avidement le contenu de ta bouteille lorsque la petite fillette avait heurté ton dos, l’impact mineur pour toi avait coupé le souffle de l’enfant. Tu passais rapidement un bras derrière toi pour maintenant l’enfant debout, un geste formé par des années de pratique avec tes frères et sœur. Puis, tu la faisais passer devant toi, pour regarder son beau visage tranquille. Et instinctivement tu cherchais sa mère ensuite du regard, pour ne la trouver nulle part. Tu évitais le campement depuis « l’incident », mais tu ne pouvais pas ne pas ramener l’enfant à sa mère. « Je peux te prédire que tu vas avoirs des ennuis jeune fille. » Lui confia-t-il en se relevant, la tenant dans ses bras, lui faisant pousser des petits cris de joie. Restait maintenant à retrouver Poppy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 2759
~ PSEUDO : isa
~ AVATAR : Margot Robbie
~ DC(S) : sansa, trystan, caleb, suzanna
~ CRÉDITS : CHIKAKA
~ ÂGE : 28 ANS
~ MÉTIER : ZOOLOGISTE
~ HUMEUR : TRISTE
~ DANS MON SAC : Une vieille poupée bout de chou à sa fille, un petit couteau pour les plantes, une bouteille d'eau et des pansements.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]   Mar 27 Juin - 2:13

i can't love you in the dark.
Henri & Poppy

Take your eyes off of me so I can leave, I'm far too ashamed to do it with you watching me.

15 mai 2013

Tu jures que Livia pourrait participer à un marathon. À cet âge-là, n’étaient-ils pas encore censés faire des siestes? Pourtant, le système qu’avaient pris les mères des campements pour garder tous les enfants semblait bien fonctionner. Tu devrais prendre l’habitude de la laisser là toutes les après-midi, pour t’assurer qu’elle dormirait. Tu l’avais pourtant traîné avec toi toute la matinée à cueillir des baies à la lisière de la jungle. Elle avait couru, chassé des oiseaux, fait des châteaux de sable et j’en passe. Tu te demandais franchement d’où elle tenait toute cette énergie. Tu étais plus calme qu’autre chose et Morgan n’était pas du genre à laisser pousser un petit cri à chaque fois qu’il voyait la lune. Pour une enfant, tout est émerveillant, surtout sur une île déserte. Et tu faisais du mieux que tu pouvais pour la tenir loin du danger et dans l’innocence, c’était tout ce qui comptait. Après avoir cueilli les baies, quand tu retournes dans la réserve de nourriture pour y déposer les fruits, tu rencontres Sora ce qui te donne un petit repos quand ta fille joue avec Liam. Vous parlez pendant de longues minutes de tout et de rien, ce qui te fait du bien. Ces derniers temps, tu t’en fais beaucoup trop avec tes cauchemars. Ceux qui incluent le corps de John au sol. Celui de Morgan qui s’évapore. L’île avait le don de jouer avec tes sentiments et si tu avais cru en elle au départ, tu ne pouvais plus t’y fier. Elle t’avait fait vivre l’enfer, mais tu pouvais bien lui être reconnaissante d’une chose et celle-ci était Livia. La meilleure chose qui te soit arrivée dans toute ton existence. Livia qui… « Livia? » Et Sora qui rit en guise de réponse, toi qui laisses pousser un long soupire en apercevant la chevelure de ta fille se faufiler à travers les abris. « Qui aurait cru qu’être mère serait le meilleur footing de la planète, hmmm? » Vous riez toutes les deux quand tu te mets à courir pour rattraper Livia. Tu fais durer la chose. Elle rit. Vous êtes heureuses, là en cette belle après-midi. Vous êtes un peu à l’écart du campement maintenant et tu tentes d’avertir la petite avant qu’elle ne se cogne au dos d’un individu au loin. Alors, tu continues d’avancer vers elle et Henri, que tu reconnais facilement. Arrivée à sa hauteur, tu pointes un doigt accusateur vers Livia. « Petite chipie! Te voilà dans les bras du Grand Méchant Loup! » Et elle crie. Elle pousse des petits sons stridents qui te font éclater de rire à nouveau tandis qu’elle tente de se défaire de l’emprise d’Henri. Tu t’approches et décides de t’en mêler, l’enlevant doucement de ses bras d’une façon plutôt théâtrale et la mettant derrière toi. « Oh Grand Méchant Loup, laisse le chaperon tranquille et attaque toi à Mère-Grand! » Et tu te mets en position, tes petits poings qui se lèvent et tes yeux qui se rapetissent, comme si ça pouvait faire peur à quiconque!  


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 302
~ PSEUDO : Pow
~ AVATAR : Jamie Dornan
~ DC(S) : Sora, Amy, Cal, Doherty, Bogdan
~ CRÉDITS : stace
~ ÂGE : 29 ans
~ MÉTIER : Pompier
★ ★ ★

MessageSujet: Re: YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]   Lun 3 Juil - 17:58

Tu as toujours aimé les enfants. Tu as grandis dans une famille nombreuse, bruyante et pleine de vie, avec toujours des petits sur lesquels en tant qu’ainé tu devais veiller. Tu aimes les enfants et ils te le rendent bien. Ils se sentent en confiance avec toi, tu sais jouer avec eux, les dorloter, les faire rire. Tu as toujours pensé qu’un jour tu aurais ta famille bien à toi, tout aussi nombreuse et bruyante que celle dans laquelle tu avais grandis. Tu imaginais ta mère devenir grand-mère, tes frères et sœurs oncles et tantes, cela te comblais de joie. Tu avais longtemps imaginé Aella dans le rôle de celle avec qui tu finirais par t’installer et avoir des enfants, vos enfants, tu aurais élevés son fils comme le tiens, comme Doherty l’avait fait avec Noah. Les liens du sang ne faisaient pas tout, ton petit frère était un enfant illégitime, vous ne partagiez pas le même père mais il était à tes yeux autant ton frère que ta jumelle était ta sœur. Mais Aella avait disparu, son fils également et tu te retrouvais seul. Tu avais repoussé la seule personne qui comptait à tes yeux comme une sœur. Le petit corps chaud de Livia entre tes bras t’apaisais, te redonnait le sourire, comment rester insensible face à cette petite demoiselle si pleine de vie. Et face à sa jolie maman. Poppy avait fait preuve de courage ces dernières années, donner naissance à l’enfant de celui que beaucoup considéraient encore comme un meurtrier et un traitre, élever seule un nourrisson sur l’île, survivre, devenir un membre actif de la communauté. Il fallait du courage pour se relever de la perte de l’être aimé, tu le savais pour l’avoir expérimenté une fois, en perdant Aella après son premier enlèvement par les natifs. Tu l’admirais pour ce qu’elle avait accomplit, ce que toi tu peinais à surmonter à nouveau, et tu n’avais pas d’enfant à assumer en plus de cette épreuve. « Petite chipie! Te voilà dans les bras du Grand Méchant Loup! » Une lutte simulée, les rires de l’enfant qui chatouillent ton cou, le parfum de Poppy mélange de sable chaud, de soleil et d’eau claire lorsqu’elle s’approche de vous pour te reprendre la petite des bras. Comme si elle savait, comme si elle sentait que tu avais besoin de cela, d’une parenthèse dans le tumulte de tes émotions destructrices. L’odeur de bébé de la petite, le parfum de Poppy, le musc de ta propre sueur, les rires, le jeu, tout se mêle en autant de bulles de joie éphémère ils sont comme un baume sur ton âme à vif. « Oh Grand Méchant Loup, laisse le chaperon tranquille et attaque toi à Mère-Grand! » Elle se met en garde, l’espace d’un instant tu revois l’image de ton poing heurtant la pommette de Maddie, puis elle est là de nouveau, ridiculement comique avec son air de dur à cuire, ses longs cheveux blonds voletant au vent, si peu sérieuse derrière ses poings les yeux rieurs. Si loin de l’attitude de Maddie, qui cherchait à savoir, à te faire parler, à entendre ton âme à vif se révéler à elle. Poppy ne demandait rien. Elle t’offrait. Un instant hors du temps, un moment de jeu, de douceur, loin de tout ce qui avait été dit, fait ses derniers jours. Tu bascules d’un extrême à l’autre en un clin d’œil. Du remord au jeu, de la tristesse à une joie éphémère. Parce que la petite te regarde derrière les jambes de sa mère en riant et en poussant de petits cris, parce qu’il y a dans cette joie enfantine, dans ce jeu, une insouciance que tu aurais aimé retrouver. Alors tu joues. Parce que c’est ce que tu veux là. Oublier. Tu t’approches de Poppy, l’attrape par les jambes, la soulève et la bascule sur ton épaule sans sembler faire le moindre effort, la petite se retrouve sur ton autre épaule, dans une position moins inclinée que sa mère dont les longs cheveux blonds effleurent tes reins. « Le repas est tombé tout cuit dans la bouche du grand méchant loup. Mais comment vais-je donc vous manger ? » Demandes-tu en les reposant couchées sur le sol avant de commencer à les chatouiller, chacune d’une main. Mère et fille pressée l’une contre l’autre, encerclées par tes mains qui chatouillaient avec conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
★ Born to run ★
★ ★ ★

MessageSujet: Re: YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]   

Revenir en haut Aller en bas
 
YOU WILL NEVER FORGET [POPPY]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGEND OF PACIFIC :: • House of the rising sun • :: La plage-
Sauter vers: