Poster sa présentation après la MAJ
Si votre fiche était déjà validée avant la mise à jour, vous devez la reposter
en utilisant le nouveau formulaire mais vous n'êtes pas obligés
de remplir la partie consacrée à la mise en situation.


BIENVENUE SUR LEGEND OF PACIFIC !
Le forum est librement inspiré de l'univers de la série Lost, les disparus. Il est ouvert depuis le 3 le mars 2010..
Inscrivez-vous et rejoignez l'aventure !



Partagez | 
 

 GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 671
~ INSCRIT(E) LE : 10/08/2016
~ PSEUDO : ✣ farewell/mathieu.
~ AVATAR : ✣ gemma arterton.
~ DC(S) : ✣ h. russo; r. nightsprings. (+ w. berry-seinfield)
~ CRÉDITS : ✣ avatar - ©LEAVE / gif sign - © laure-rph (tumblr)

~ ÂGE : ✣ trente ans.
~ MÉTIER : ✣ archiviste.
~ APTITUDES : Sofia est de celles qui savent mieux manier leur langue que n'importe quelle arme qu'on place entre ses mains. Ses capacités diplomatiques ne sont plus à prouver, si tant qu'elle en est venue avec le temps à occuper une place de plus forte influence au sein de leur communauté.
~ HUMEUR : ✣ déchirée, inquiète.
~ DANS MON SAC : ✣ une couronne de fleurs fanées.
✣ un petit couteau de chasse.
★ ★ ★

MessageSujet: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   Jeu 23 Fév - 22:46


-
So give me hope in the darkness that I will see the light
'Cause oh that gave me such a fright
But I will hold as long as you like
Just promise me we'll be alright


Le silence lourd et inconfortable. L'attente insupportable de la sentence. En face d'eux le patriarche Blajenov s'apprêtait à rendre son jugement. En tant que chef du Conseil, lui seul pouvait décider de la suite des événements. Deux idées, deux point de vue, deux priorités différentes, portées par Cole et Dorian, les deux représentants d'un conflit bien plus profond. Sofia s'était laissée convaincre que leur lutte était perdue d'avance, mais elle se tenait tout de même aux côtés de son ami. Comme il l'avait fait quand elle avait appris la disparition de sa sœur. Et son pessimisme sot vola en éclat quand son futur beau-père sortit de son mutisme pour leur accorder son soutient, optant pour l'échange. Aaron allait rentrer à la maison, et cela en partie grâce à Cole. Or, avant la décision du Conseil, Sofia s'était surprise à l'éviter, bien qu'il soit la personne la plus susceptible de comprendre ce qu'elle ressentait en dehors de sa propre famille. Par honte peut-être, ou simplement par habitude, ou encore par peur de ne pas lire correctement une situation confuse et délicate. Leur plaie était profonde, mais en ces temps troublés, les rancunes du passé ne pesaient pas autant dans la balance, et elle était forcée de reconnaître qu'elle avait plus besoin de lui qu'elle aimait l'admettre. Et avec ce besoin s'accompagnait une pensée bien audacieuse, une idée qu'elle n'osait pas former dans sa tête, mais à laquelle elle succomba malgré tout : celle qu'il pourrait tout autant avoir besoin d'elle, apportant avec elle la tentation sournoise d'aller le retrouver. Et ce torrent de mots qu'elle aimerait prononcer, alors que tout avait censé être dit lorsqu'elle avait quitté son abri le soir de son retour, ces mots qui lui brûlaient les lèvres aujourd'hui alors qu'elle n'était plus sûre de rien. Des excuses pour ce qu'elle avait dit, et son immense gratitude pour ce qu'il avait fait. Face à l'adversité, elle avait retrouvé en lui un allié perdu depuis longtemps. Il l'avait supporté lorsque le sol s'était déroulé sous ses pieds. Il s'était tenu à ses côtés au moment où elle avait eu le plus besoin de lui. Il ne l'avait pas laissée seule face à la tragédie et il l'avait épaulée face à des leaders qui auraient préféré ne rien faire. Merci, lui avait-elle murmuré avant de quitter les lieux. Une pointe de sincérité dans la résignation et le défaitisme. Si ce simple mot avait été suffisant, il ne l'était plus. Cole avait convaincu le Conseil d'autoriser l'échange, leur garantissait le retour d'Aaron et augmentant leur chance de retrouver sa sœur. Un espoir mince, emprunt de désillusion. Un espoir indispensable. Quand la faible flamme, chancelante dans l'obscurité, menaçait de s'étouffer, cet homme l'avait cultivée. Et sans qu'il n'y soit forcé, il était même parvenu à la faire brûler un peu plus ardemment.

Et ces mots qu'elle ne pouvait plus retenir. Comme une injustice devant être réparée au plus vite. Ces mots qui la poussèrent à modifier sa trajectoire quand elle l'aperçut sortant des sous-sols. De l'entée du village, où se répétait le même schéma : éclaireurs rentrés bredouilles. Elle marchait avec une certaine lassitude, censée masquer son inquiétude. La journée touchait à sa fin. Maudit crépuscule, se faufilant à son insu, la frappant par derrière avec ce sentiment d'impuissance qui gagnait en puissance à mesure que le soleil disparaissait. Et ce compte à rebours dans sa tête, qui ne s'arrêtait jamais. Échéance alarmante. Plus les jours passaient et plus elle se laissait guider par cette flamme. Elle devait y croire. Elle devrait parler à Lukazs et Freya, leur annoncer la mauvaise nouvelle, mais ses pas l'entraînèrent vers la silhouette se pressant à l'horizon. « Cole. » s'écria-t-elle tout en changeant sa démarche. Plus sûre, déterminée. Une pointe de nervosité dans son cœur, elle s'avança vers lui, incertaine de la façon dont il allait prendre ce qu'elle avait à lui dire. Confusion quant à l'état de leur amitié, à la profondeur du fossé qui les séparait. Elle était pourtant prête à sauter cet écart, à prendre le risque d'y tomber et de faire brutalement face à la réalité. Et si cela arrivait, sans doute l'aura-t-elle méritée. Elle finit par rejoindre le natif, et côtes à côtes, ils se mirent à marcher. « Avec tout ce qu'il s'est passé, je n'ai pas eu l'occasion de vraiment te remercier, pour ce que tu fais pour Aaron et Liesel. » Après tout ce qu'ils avaient fait pour cette communauté, elle se sentait presque ingrate de remettre en cause les espoirs de Dorian et de Clarke. Mais les sacrifices auxquels ils avaient bravement consenti ne leur garantissait pas la vérité. Une idée bien inconfortable. Heureusement que Cole était plus brave qu'elle. « C'est rassurant de ne pas se sentir si seule. » Souffle d'un murmure, comme un secret s'accompagnant de honte. Seule pourtant, elle ne l'était jamais. Ses aînés étaient tout aussi inquiets qu'elle, et elle pouvait toujours compter sur son fiancé pour l'épauler. Pourtant le soutient de Cole signifiait énormément. Peut-être ne devrait pas en être aussi embarrassée : après tout, malgré tout ce qu'il s'était passé entre eux, elle l'avait considéré comme le meilleur de ses amis, voir même plus que ça, pour la plus grande partie de sa vie. Ce qui rendait la suite encore plus nécessaire. « Et je te dois des excuses. » enchaîna-t-elle avec une assurance digne. Des mots qui n'étaient jamais facile à admettre, mais qui la soulagèrent d'un poids. Elle ne s'excusait pas pour leurs désaccords, mais pour l'avoir jugé aussi aisément et durement, pour l'avoir accusé injustement, pour lui avoir dit des choses qu'elle aimerait pouvoir reprendre. Pour avoir eu recours à des extrêmes dans le but de protéger une personne qui lui était chère seulement pour voir son plan se retourner contre elle. « Je t'ai traité injustement. Je n'aurais pas dû t'accuser de mettre tes propres motivations avant le bien des nôtres. Je regrette d'avoir mis si longtemps à m'en rendre compte. » Cole était un homme facile à blâmer, et dans un moment d'inquiétude, elle s'était laissée berner par cette image qu'il présentait de lui-même. Alors qu'elle était censée le connaître mieux que quiconque, et qu'elle savait que derrière son attitude rustre et téméraire lorgnait un profond dévouement pour son peuple. Il avait été facile de lui coller l'étiquette de la mauvaise influence, d'autant plus qu'elle n'était pas la seule à avoir emprunté ce raccourci simpliste. Sans lui pour alimenter ses impulsions vengeresse, Liesel se calmerait. Si seulement les choses étaient si simples. Elle avait commis les mêmes erreurs qu'avec lui. Elle l'avait jugée silencieusement pour sa colère déraisonnable, elle lui avait inventé des problèmes facile à régler au lieu de simplement être présente pour elle. Elle avait manquée à son rôle d'amie et maintenant de sœur. Elle avait failli à ses promesses et elle les avait perdu tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Insoumis ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 594
~ INSCRIT(E) LE : 10/01/2016
~ PSEUDO : Katoune.
~ AVATAR : Joseph Morgan.
~ DC(S) : Maddie, Aidan, Josslyn, Vera.
~ CRÉDITS : © Belispeak (avatar) | © she-wolvess@tumblr (gifs).

~ ÂGE : trente ans.
~ MÉTIER : guerrier.
~ HUMEUR : trahi, dans une incompréhension grandissante vis-à-vis des siens.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   Sam 25 Fév - 20:53

 
So lead me back, turn south from that place,
And close my eyes to my recent disgrace.
crédit/ hannibalwritestumblr ~ mumford and sons.

Aussitôt la sentence tombée, tu t'es éclipsé. Tu n'as pas exulté de joie, tu n'as pas jubilé. Tu n'as même pas ressenti pleinement ce sentiment de satisfaction qu'est la victoire accomplie, tant l'arrière-goût se fait ressentir. Cette victoire n'en est pas vraiment une, c'est l'impression que cela te laisse. Un semi-échec, parce que tu n'as pas convaincu l'ensemble des tiens. L'appui du conseil n'a pour toi qu'une valeur limitée, car depuis longtemps tu ne les supportes plus dans leurs choix. Malgré tout, cette victoire a un goût de défaite. Parce que vous ne la partagez pas, parce qu'elle n'efface pas la fracture que tu as constaté. Une communauté qui se délite. Une rupture incarnée par vos personnes, Dorian et toi. Une rupture que tu sais accentuée par la prise de position du conseil. Une prise de position que tu n'espérais plus, que tu n'as jamais considéré. C'est presque étonné que tu as entendu la décision rendue. Ils t'accordaient leur confiance. Malgré ce que tu as fait. Malgré ta défiance permanente. Ils te préféraient toi, plutôt que Dorian. Pourtant, c'est bien lui l'enfant prodige, celui à qui l'on a toujours confié ces responsabilités. Mais ils ont préféré s'en remettre à ta méthode, te confier cette charge qu'est de mener les négociations. Quelque chose de nouveau pour toi, guerrier. Tu ne parlementes pas. Tu ne fais pas de concessions. Mais aujourd'hui, ils t'ont estimé digne de ce devoir. Tu as attendu d'être seul, dehors, pour pouvoir laisser éclater ce qu'il y a en toi. Respirer, pour la première fois depuis un moment. Tu sais que ce ne sera pas chose aisée. Tu n'as pas été formé pour la tâche qui t'attend. Mais tu as soutenu cette possibilité, envers et contre tous. Contrairement à ta nature, qui te crie qu'il ne sert à rien de discuter avec ces sauvages, ces envahisseurs. Mais, il s'agit des vôtres entre leurs mains. Aaron, Liesel. Ce fut une évidence à tes yeux, tu ne pouvais pas accepter qu'on les sacrifie en vain. Parce qu'ils sont les vôtres, parce que tu sais que tu ne pourrais plus regarder Sofia en face si tu ne tentes rien pour lui ramener sa sœur. Tu te sens responsable, à ta manière. Ni plus, ni moins que chacun d'entre vous. En tant que membre de cette communauté, tu as des devoirs. Vous avez toujours veillé les uns sur les autres. Mettant de côté les égoïsmes, les pulsions individuelles. Pour toi, les sacrifier sans tenter quoi que ce soit porte un nom : trahison. Pour eux, pour elle, tu es prêt à mettre ta vengeance de côté. Prêt à t'effacer, au nom du groupe. Au nom de ce concept que tu espère pouvoir encore être sauvé. Ce que vous étiez ne te semble pas si loin, et tu te surprends à te demander comment ça a pu vous arriver à vous. Cette distance. Cette incompréhension. « Cole. » Une voix que tu reconnais immédiatement, tandis que ton regard se tourne, distingue sa silhouette dans la pénombre. Sans t'en rendre compte, tu l'as fuite. Sans doute parce que tu crains au fond de toi de ne pas être à la hauteur de la confiance qu'elle a placé en toi. Sofia t'a soutenu dans ta croisade. Malgré ce que tu as fait, malgré les horreurs que tu lui as balancé au visage. Face aux vôtres, elle a été un allié, elle n'a pas hésité un instant quant à où placer sa confiance. Devant elle, tu te sens responsable. Plus que devant n'importe lequel des vôtres. « Avec tout ce qu'il s'est passé, je n'ai pas eu l'occasion de vraiment te remercier, pour ce que tu fais pour Aaron et Liesel. C'est rassurant de ne pas se sentir si seule. » Tu la regardes, réalisant à quel point cette solitude est partagée. Toi-même, tu n'as jamais cru en ta chance. Malgré ta volonté affirmée de faire valoir ton avis, tu ne t'attendais pas à ce que le conseil tranche en ta faveur. Ce que tu y vois, plus qu'un appui, c'est le fait que de Dorian et toi, tu ignores qui le conseil hait le plus pour s'estimer au-dessus d'eux. Sans doute, est-ce davantage une crainte d'un renversement d'influence en cas d'un conflit armé éclatant, plutôt qu'une adhésion à ta personne. « Il fallait que quelqu'un le fasse. » Tu ne la quittes pas des yeux, navré. Frappé par l'attitude des vôtres face à leurs disparitions. Cette initiative n'aurait même pas dû venir de toi. Ava, Dorian auraient dû proposer de négocier, pas toi. Ava parce qu'il s'agit de son frère, parce qu'elle s'est autoproclamée avocate de ce cher O'Gallagher, Dorian parce qu'il a eu pour idée d'enlever O'Gallagher, parce qu'indirectement il a précipité Liesel dans une intrigue dont elle aurait dû rester éloignée. Cette victoire face aux vôtres a plus que jamais le goût amer de la défaite. « Et je te dois des excuses. » Tu secoues la tête en guise de protestation. Sofia a été là pour toi, pour les vôtres. La jeune femme s'est opposée, a tenu tête à Dorian. Tu la savais capable d'agir ainsi, de prendre une telle responsabilité. Mais tu n'es pas certain que les autres s'en doutaient. Qu'elle n'était pas qu'une jolie poupée, qu'elle n'était pas que la future Madame Blajenov. Qu'elle a un caractère affirmé, un mental vif, acéré, qu'elle est capable de coups de sang. Que plus que jamais, tu reconnais la qualité de ses conseils, la justesse de son jugement sur les êtres. Alors non, il n'y a pas lieu de s'excuser. Pas pour toi. « Je t'ai traité injustement. Je n'aurais pas dû t'accuser de mettre tes propres motivations avant le bien des nôtres. Je regrette d'avoir mis si longtemps à m'en rendre compte. » Tu lui as pourtant donné toutes les raisons de douter de toi. Inconsciemment, tu as probablement fait en sorte de. Pour rendre les choses plus faciles. Pour que, définitivement, elle s'éloigne de toi. La savoir te détestant est plus facile, sans doute. Tu n'as jamais vraiment compris ce qu'il s'est passé, comment vous en êtes arrivés là. Non que tu le regrettes. A tes yeux, l'Histoire est linéaire. Vos décisions guidées par l'île, telle une main invisible. Sofia ne doit pas avoir à vivre avec l'homme que tu es devenu, ça c'est une certitude. Ton instabilité, la folie dont sont empreints tes choix, tu ne peux pas lui demander de vivre avec ça. Pas mêlé à ce qu'elle t'inspire. Un amour maladif, déséquilibré, irrationnel. Pourtant, plus tu y penses, plus tu te rends compte à quel point il est difficile de l'éviter. Qu'en restant ici, tu continueras à être confronté à elle. Reflet de tes erreurs. Reflet d'une vie que tu aurais pu avoir, si les choses avaient été différentes. Mais ce n'est pas ce qui a été prévu pour toi. Tu n'as cessé d'aller au devant de ta propre mort. Ce que tu es devenu ne te plaît pas, et à tes yeux elle n'a pas à s'excuser. Toi, tu devrais t'excuser. Pour les horreurs vomies au visage. Pour l'avoir abandonnée. Parce qu'au fond, c'est ce que tu as fait. Tu lui as pris son cœur, tu l'as laissée au moment où tu aurais dû envisager de l'épouser. Mais tu as trop d'orgueil, pour formuler de véritables excuses, tu n'es pas prêt pour ça, tu doutes que ça suffise au vu des dégâts infligés. « Tout est de ma faute, alors ne t'excuse pas. Tu n'as rien à te reprocher, je méritais d'entendre ce que tu avais à dire ce jour-là. » Le poids de la culpabilité est bien là, lui. Réel, vivant, bien qu'enfoui en toi. Pour toi, ce que tu fais là, en essayant de lui ramener Liesel est normal. Plus que ton affection pour la jeune guerrière, plus que ton devoir, il s'agit d'une manière de te racheter. Une manière de soulager ta conscience, et d'enfin commencer à payer ta dette vis-à-vis de Sofia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 671
~ INSCRIT(E) LE : 10/08/2016
~ PSEUDO : ✣ farewell/mathieu.
~ AVATAR : ✣ gemma arterton.
~ DC(S) : ✣ h. russo; r. nightsprings. (+ w. berry-seinfield)
~ CRÉDITS : ✣ avatar - ©LEAVE / gif sign - © laure-rph (tumblr)

~ ÂGE : ✣ trente ans.
~ MÉTIER : ✣ archiviste.
~ APTITUDES : Sofia est de celles qui savent mieux manier leur langue que n'importe quelle arme qu'on place entre ses mains. Ses capacités diplomatiques ne sont plus à prouver, si tant qu'elle en est venue avec le temps à occuper une place de plus forte influence au sein de leur communauté.
~ HUMEUR : ✣ déchirée, inquiète.
~ DANS MON SAC : ✣ une couronne de fleurs fanées.
✣ un petit couteau de chasse.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   Mer 1 Mar - 16:36


-
So give me hope in the darkness that I will see the light
'Cause oh that gave me such a fright
But I will hold as long as you like
Just promise me we'll be alright


Et cette aisance presque insolente avec laquelle elle avait changé d’allégeance. La facilité avec laquelle elle avait choisi de mettre de côté les rancœurs du passé. S'il y avait un bon côté à cette tragédie, c'est qu'elle lui avait ouvert les yeux. Sur la laideur de cette triste réalité, sur la déchirure qui divisait leur communauté. Elle s'était pourtant promis de ne pas y participer, un serment qui lui semblait aujourd'hui bien arrogant. Elle aurait aimé être celle à recoudre ensemble les parties déchirées de leur autrefois glorieux et fier peuple, à rappeler aux deux parties ce qu'ils étaient censés représenter. Mais c'était avant. Avant qu'elle ne s'entende dire qu'Aaron n'était pas assez important pour être sauvé et qu'un étranger avait plus de valeur que sa sœur disparue. Avant qu'on ne lui demande de consentir à des atrocités au nom de l'unité, pour le bien de leur communauté. Silencieuse, elle était restée, lorsque son être tout entier lui hurlait que ce qu'ils faisaient n'était pas correcte. Supportrice, elle l'avait toujours été, envers Clarke, envers Dorian. Respectueuse, admirative, de leurs choix, leurs sacrifices, leurs pertes. De l'amour, c'était tout ce qu'elle avait toujours ressenti, un dévouement pour tous ceux qui osaient se battre pour elle, pour ce peuple qu'elle aimait tant. Elle avait toujours fait tout son possible pour les aider à alléger leur terrible fardeau. Elle ne connaîtra jamais la sensation de porter le monde sur ses épaules, et elle en était heureuse. Elle ignorait ce qui était le pire : freiner le développement d'un remède, ou abandonner les siens. Bien que la première solution lui paraissait bien cruelle, la seconde lui semblait pire encore. Parce qu'ils étaient nés de cette terre sacrée, et que les Natives ne laissaient personne derrière. Plus qu'une leçon apprise dès son plus jeune âge, c'était une véritable valeur. Une valeur ancrée dans leurs êtres, une valeur qui les définissait. S'y déroger avait des arrière-goût de trahison, mais même dans sa frustration et son offense, Sofia ne souhaitait lancer le blâme. Tel était leur lot : des choix plus cornéliens les uns que les autres pour des conséquences amères. Leur actuelle division faisait partie de ces conséquences, et la jeune archiviste y était tombée victime à son tour. Toujours ouverte d'esprit et partisane de compromis, son pragmatisme avait ses limites, et son choix avait aisément été fait lorsque l'opposition s'était montrée prête à mettre la vie d'O'Gallagher avant celle d'Aaron. Sa compassion la prévenait de leur en tenir rigueur, mais sa limite avait été dépassée. « Il fallait que quelqu'un le fasse. » Et voilà qu'elle marchait aux côtés de Cole, porteur de la voix qu'elle avait choisie de rallier, contre toutes attentes. Là où le chaos avait séparé des frères, il avait réuni deux personnes qui s'étaient perdus. Peut-être pour un temps seulement, mais le temps le plus important. Oui, s'il y avait un bon côté à cette tragédie, c'est qu'elle lui avait ouvert les yeux : sur la nature des gens qui l'entouraient, sur qui elle pouvait compter. Et qu'elle puisse compter sur lui lui était d'un naturel presque déconcertant. Une évidence qu'elle avait préféré nier, mais qui lui était maintenant révélée. Évidemment que Cole serait là pour elle. Elle s'en voulait presque d'en avoir douté. « Heureusement que tu étais là dans ce cas. » Parce qu'elle n'aurait pas pû. Elle aurait tenté de les raisonner, mais ses paroles n'auraient pas été écoutée. Sa voix avait beau être respectée, elle se tenait trop loin des intrigues du conseil pour qu'elle pèse autant dans la balance. Elle avait la confiance des anciens pour des sujets traitant directement de leur communauté, mais elle n'avait aucune crédibilité quant il s'agissait de traiter des survivants de la plage. Elle n'aurait pas réussi à les convaincre de suivre ce plan. « Je sais que ça n'a pas dû être facile d'aller à l'encontre des idées de Dorian et d'Ava. » Un développement regrettable. Il ne s'agissait pas seulement de divergence d'opinions, mais de la souillure de profonds liens, de profondes amitiés. Être témoin de cette division lui brisait le cœur. Et Cole qui semblait intouchable, mais qui, elle le savait, en souffrait tout autant qu'elle. « Mais c'est la meilleure solution. Ils le réaliseront un jour. Ils ne se le seraient jamais pardonnés si quelque chose était arrivé à Aaron. Tu leur a sans doutes épargné bien des remords. » Maigre réconfort. La maladie les avait déjà poussé à des extrêmes, et maintenant elle dictait qu'ils se sacrifient les uns les autres. Ils valaient mieux que ça, elle en était convaincue. Une drôle d'idée, considérant tout ce qu'ils avaient déjà fait au nom de la survie. Son regard scrutant les courbes de son visage, elle adressa au natif un sourire rempli de compassion et d'espoir, tandis que sa main quitta ses côtés pour venir graviter autour de son épaule. Hésitante et interdite, elle se rétracta avant qu'il ne soit trop tard, revenant embarrassée à sa place initiale. Une pointe de malaise dans l'air, qui s'accentua lorsque Sofia formula ses excuses. Un inconfort et une certaine honte assumée dans son regard, la native se préparait à ce qu'elle était incapable d'anticiper. « Tout est de ma faute, alors ne t'excuse pas. Tu n'as rien à te reprocher, je méritais d'entendre ce que tu avais à dire ce jour-là. » Elle s'étonnerait de cette réaction si elle avait su à quoi s'attendre, mais tout ce qu'elle fut capable de former fut un long et profond soupir. Peut-être qu'il méritait d'entendre une partie de ce qu'elle avait sur le cœur ce soir-là. Après tout, elle ne regrettait pas de lui avoir dit ce qu'elle pensait de leur petite entreprise, sa colère étant justifiée. Mais elle n'ignorerait pas la cruauté dont elle avait fait preuve, le peignant comme la pire des ordures et faisant de lui le cœur de tous ses malheurs. Un traitement qu'il n'avait pas mérité, contrairement à ce qu'il semblait croire. Ce fut à son tour de secouer la tête. « Je ne mérite pas tant d'indulgence. Tu avais raison. Liesel savait très bien ce qu'elle faisait lorsqu'elle t'a suivi. Te blâmer était simplement plus facile, surtout que j'étais déjà pleine de ressentiments à ton égard, ... pour d'autres raisons. » Prise de remords, elle croisa ses bras et baissa son regard vers le sol. Ses pas s'accélérèrent, dépassèrent Cole et elle s'avança sur le chemin, frappée par les regrets qui l'assaillirent. « Je n'aurais pas dû t'interdire de l'approcher. C'était cruel et égoïste de ma part. Et ça n'a rien réglé, bien au contraire. » Elle aurait préféré qu'il soit la terrible influence qu'elle avait dépeinte. Elle soupira de nouveau. « J'espère juste qu'il n'est pas trop tard. » Elle se retourna enfin, dévoilant à la lumière d'une torche un regard luttant contre les émotions accablantes qu'elle tentait de repousser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Insoumis ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 594
~ INSCRIT(E) LE : 10/01/2016
~ PSEUDO : Katoune.
~ AVATAR : Joseph Morgan.
~ DC(S) : Maddie, Aidan, Josslyn, Vera.
~ CRÉDITS : © Belispeak (avatar) | © she-wolvess@tumblr (gifs).

~ ÂGE : trente ans.
~ MÉTIER : guerrier.
~ HUMEUR : trahi, dans une incompréhension grandissante vis-à-vis des siens.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   Lun 3 Avr - 20:00

 
So lead me back, turn south from that place,
And close my eyes to my recent disgrace.
crédit/ hannibalwritestumblr ~ mumford and sons.

« Heureusement que tu étais là dans ce cas. Je sais que ça n'a pas dû être facile d'aller à l'encontre des idées de Dorian et d'Ava. Mais c'est la meilleure solution. Ils le réaliseront un jour. Ils ne se le seraient jamais pardonnés si quelque chose était arrivé à Aaron. Tu leur a sans doutes épargné bien des remords. » Tu aimerais pouvoir secouer la tête, lui dire que ça ne fait rien. Mais ce jour-là, tu as pris conscience à quel point vos chemins se sont séparés. Et face à Sofia, tu as l'impression d'être un livre ouvert. Il n'y a pourtant pas de haine en toi, pas vis-à-vis d'eux en tout cas. Tu y trouves de la déception. De la colère, mais surtout cette forme de désillusion. Une inquiétude qui ne te quitte plus quant à l'avenir que l'île vous réserve. Parce que tu les regardes, et que tu ne vois pas en eux ce qui te traverse. Tu les trouves fatigués. Vaincus. Tu ne les reconnais plus. Une communauté qui se délite. Un avenir qui t'effraie. Parce que tu crois que l'île désapprouve ce que vous faîtes. « Est-ce que toi, ça va ? » Tu n'as jamais cessé de te soucier du sort de Sofia. Bien sûr, tu aurais aimé. Les choses auraient été tellement plus faciles si lorsque tu l'as abandonnée, tu avais pu laisser tout cela derrière toi. Tu te demandes si elle a un jour été indifférente à ton sort. Si malgré toutes les raisons qu'elle a de te détester, elle a continué, de loin, à se soucier de ta minable existence. Tu n'as pas eu le temps de lui dire tout ça, combien tu penses toujours à elle. Et tu n'as pas à le lui dire. Tu n'en as pas le droit. Tu lui as imposé cette situation, injustement. Elle a reconstruit sa vie, sans toi. Parce que tu l'as voulu. Alors, tu n'as pas le droit de trop t'impliquer. Pas le droit de trop en demander. « Je ne mérite pas tant d'indulgence. Tu avais raison. Liesel savait très bien ce qu'elle faisait lorsqu'elle t'a suivi. Te blâmer était simplement plus facile, surtout que j'étais déjà pleine de ressentiments à ton égard, ... pour d'autres raisons. » Le poids de la culpabilité. Ne pas avoir pu veiller sur Liesel comme elle aurait voulu. Un poids que tu partages, d'une certaine manière. Parce que tu as une responsabilité envers elle. Liesel a partagé tes rêves et espoirs de vengeance. Parce que d'une certaine manière, Sofia avait raison lorsqu'elle t'a rappelé que tu ne pouvais pas ne pas te soucier de ses actes. Parce qu'elle ne s'est pas retrouvée dans cette situation seule, parce que sans toi elle aurait peut-être eu plus de temps avant de se retrouver prise dans un tel engrenage. Peut-être, l'île lui aurait réservé un autre destin. Parce que contrairement à Dorian, à Ava, tu ne crois pas que l'île n'a pas d'emprise sur vos vies. Tu persistes à croire à la Providence, parce que c'est tout ce qu'il y a de certain, de stable dans vos vies. Si jamais ils venaient à avoir raison, et que l'île ne pourra rien pour vous, alors vous ne serez plus rien. Parce que vous existez à travers elle, parce que vos vies se sont construites autour d'elle. « Tu as fait ce que tu pouvais, tu n'es pas responsable des actes de Liesel. Est-ce qu'elle est allée au devant de sa disparition ? Je n'en sais rien, je ne suis pas sûr qu'on aurait pu éviter cela. » Tu soupires, cachant mal cette nervosité qui te caractérise, contraste avec cette assurance que tu affiches en quasi permanence. Une assurance qui n'est qu'un masque depuis quelques temps. Tu dors peu et mal, tu réfléchis beaucoup. Les disparitions d'Aaron et Liesel, ainsi que le délitement de votre groupe t'émeuvent davantage que tu ne veux bien l'admettre. Tu t'es toujours soucié des tiens, peut-être trop d'ailleurs. Tu as toujours agi pour eux, tu as tué pour eux. Tu t'es promis de les retrouver, elle et lui. Parce que vous demeurez une famille, parce que tu veux encore croire que ce schisme n'aura pas lieu, que votre communauté demeurera. Parce qu'en dehors du groupe, vous n'êtes plus grand chose face aux autres, ces envahisseurs. « Je n'aurais pas dû t'interdire de l'approcher. C'était cruel et égoïste de ma part. Et ça n'a rien réglé, bien au contraire. » Tu demeures silencieux, suivant Sofia dans ses errances. Tu t'inquiètes pour elle. Pour l'importance qu'elle se donne dans la disparition de Liesel. Tu réalises à quel point le poids sur les épaules de la jeune femme est lourd. Combien sa situation est inconfortable. « J'espère juste qu'il n'est pas trop tard. » Elle te regarde à présent. Tu lis la culpabilité dans ses yeux, mais aussi l'inquiétude, le poids des responsabilités. Des troubles que tu partages, bien que Liesel ne soit pas de ton sang. Tu te refuses à considérer Sofia comme ayant une part de responsabilité dans ce qu'il s'est passé. Liesel est allée au devant de son propre destin, plus tu y penses plus ça te semble juste. Ce qu'il vous faut, maintenant, c'est agir. Ensemble. « On va les retrouver. On va la retrouver, » que tu affirmes, alors que ton regard se plante dans le sien. Il le faut. Pour eux, pour vous, pour le groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ Survivant ★
avatar
★ Born to run ★
~ MESSAGES : 671
~ INSCRIT(E) LE : 10/08/2016
~ PSEUDO : ✣ farewell/mathieu.
~ AVATAR : ✣ gemma arterton.
~ DC(S) : ✣ h. russo; r. nightsprings. (+ w. berry-seinfield)
~ CRÉDITS : ✣ avatar - ©LEAVE / gif sign - © laure-rph (tumblr)

~ ÂGE : ✣ trente ans.
~ MÉTIER : ✣ archiviste.
~ APTITUDES : Sofia est de celles qui savent mieux manier leur langue que n'importe quelle arme qu'on place entre ses mains. Ses capacités diplomatiques ne sont plus à prouver, si tant qu'elle en est venue avec le temps à occuper une place de plus forte influence au sein de leur communauté.
~ HUMEUR : ✣ déchirée, inquiète.
~ DANS MON SAC : ✣ une couronne de fleurs fanées.
✣ un petit couteau de chasse.
★ ★ ★

MessageSujet: Re: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   Mar 9 Mai - 14:56


-
So give me hope in the darkness that I will see the light
'Cause oh that gave me such a fright, but I will hold as long as you like
Just promise me we'll be alright


« On va les retrouver. On va la retrouver, » Des mots qui n'engendrèrent qu'une sensation de déjà-vue inconfortable. La même promesse que lui avait faite Anton, si récemment qu'elle pouvait encore se remémorer la sensation de sa main sur son dos, et l'espoir frivole qui l'avait envoûté avant de la quitter, la laissant glacée d'effroi. Elle avait voulu y croire, mais le vent sur la plaine avait emporté ces mots. Elle n'y avait plus repensé, comme si ils n'avaient jamais existé. Une conversation oubliée. Jusqu'à ce que Cole les lui rappellent et qu'elle eut envie d'y croire à nouveau. Mais plus fort cette fois. Maudit soit son cœur insolent, imperturbé par la promesse de son fiancé bien-aimé mais buvant les paroles d'un homme qu'elle ne savait décrire comme un étranger ou un ami. En outre, elle ne pensait pas un jour placer autant de sa confiance en Cole à nouveau. Une situation embarrassante, qui affectait Sofia d'une manière bien plus profonde qu'elle ne se permit de le montrer. Tiraillée, prise entre deux murs, partagée entre la crainte de refaire les mêmes erreurs et l'espoir qu'il savait lui influer malgré lui. Entre la culpabilité et la confusion, car cette situation n'avait rien de normal. Ce n'était pas normal, qu'elle ait plus envie d'y croire lorsque Cole le disait. Ce n'était pas normal, qu'en cas de crise, il lui apportait plus de réconfort que l'homme qu'elle était censée épouser. Elle en ignorait la cause, ou ne voulait pas la confronter. Anton abordait cette crise d'une façon bien plus pragmatique qu'elle ne l'aurait souhaité, en bon fils du Chef, digne héritier Blajenov. Elle suspectait que sa promesse ne soit que sa façon à lui de remplir son rôle de fiancé. Ses mots étaient vides, car elle savait très bien qu'il se rangerait toujours du côté de son père. Que ce dernier accepte de mettre en œuvre le plan de Cole n'était qu'un coup de chance qui les avaient placé du même côté. Loin d'être naïve, la native savait que les choses auraient été bien différentes si futur beau-papa avait préféré prendre le parti de Dorian. Tout comme elle savait que Cole n'aurait pas accepté la défaite aussi facilement. C'était justement cette détermination qui l'attirait comme un aimant. Il était son faisceau lumineux dans l'obscurité. Elle croyait en Cole plus qu'en n'importe qui. « Je vais te prendre au mot, Cole Azarov. » Un sourire égailla son visage attristé alors qu'elle venait de faire son choix. Peut-être s'en mordrait-elle les doigts. Ce qu'il lui apportait étant inestimable, elle était prête à prendre ce risque.

Sa main caressa son visage, effaçant les traces humides que son moment d'égarement avait engendré, et son regard maintenant sec confronta celui de Cole dans un échange silencieux. La jeune femme défia les apparences qu'Azarov voulait bien lui montrer, tenta de percer ses défenses. Il se mouvait avec tant de prestance, sa voix portait une détermination rassurante, une force contagieuse, mais elle avait conscience de la teneur des responsabilités qui lui avaient été incombé, et des enjeux qui reposaient désormais sur ses épaules. Et elle se demandait, elle qui s'était ouverte à lui, s'il en ferait autant. « Comment tu te sens ? » Ils avaient tous les deux conscience du pari que représentait l'échange. Ils savaient tous les deux que Calvagh était une maigre monnaie d'échange, un seul élément de la liste et que les choses pourraient mal tourner. Nul doute que cela n'avait pas échappé aux anciens. Sofia n'était pas rassurée, une crainte seulement renforcée par le tempérament tête brûlée du concerné. Une situation aussi délicate ne se réglerait pas par la violence, et Cole maniait mieux les armes que les mots. Sa haine pour les étrangers pourrait noyer son affection pour les siens, son charisme naturel saboté par son impatience. Convaincre les rescapés de leur vérité ne serait pas aisé, et elle était suffisamment lucide pour réaliser que cette tâche n'aurait pas dû lui être confiée. Mais les dynamiques avaient changés, les cartes avaient été redistribuées. Son insubordination l'avait mené sur ce chemin dangereux et elle discernait dans cette situation une amusante ironie. Lui qui voulait tellement prendre les choses en main se voyait désormais encombré d'une mission cruciale venant du même conseil contre lequel il s'était dressé. La boucle était bouclée. Sofia se demandait s'il avait lui-même conscience que ce rôle n'était pas censé être le siens. Elle se demandait si cela l'effrayait ou si ça lui convenait, s'il ne voudrait pas qu'il en soit autrement. La native plissa son regard inquisiteur, confronta celui de son interlocuteur. Il serait tenté de lui servir une réponse toute faite, une réponse qui ne la satisferait pas. C'est pourquoi elle ne lui en laissa pas le temps. Elle s'approcha. Si près, de façon à ce que son regard ne puisse échapper au siens, s'autorisant une proximité presque scandaleuse. « Tu te pense à la hauteur ? » Précisa-t-elle, pour qu'il ne puisse pas se défiler. Une approche si directe n'était guère gracieuse, mais la subtilité n'était plus leur jeu depuis bien longtemps, et elle ne pouvait pas se permettre de tourner autour du pot. Son regard s'endurcit en préparation de ce qui allait suivre. Une pointe de culpabilité serra son cœur, de le prendre ainsi au dépourvu, mais elle ne la laissa pas l’ébranler. Les vies d'Aaron et Liesel comptaient plus que leurs sentiments, et elle avait besoin de savoir. Besoin de savoir que toute la foie qu'elle plaçait en lui n'était pas en vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
★ Born to run ★
★ ★ ★

MessageSujet: Re: GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
GHOSTS THAT WE KNEW (COLE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ghosts that we knew (posy)
» Liam - Ghosts That We Knew
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGEND OF PACIFIC :: ★ This place is death ★ :: ☆ Le village des Natives-
Sauter vers: